Nouvelles : Asimov Isaac ; Poe edgar Allan ; Zola Emile


Trois recueils de nouvelles classiques dans cet article, parce que ces livres sont soit des relectures soit ont été lus et savourés sur du long terme (deux mois pour le livre de Zola)



Les robots de Isaac Asimov



La lettre volée de Edgar Allan Poe



Les nouveaux contes à Ninon de Émile Zola





Les robots de Isaac Asimov



Éditions J’ai lu

Nb de pages : 370.

Série : Les robots 

*** 
Traducteur : Pierre Billon.
Illustration : /.

***
Catégorie : Nouvelles SF
Partenariat : /. 
Challenge : ABC 2018.

Susan Calvin est robopsychologue à l’United States Robots Inc. Née en 1982, elle a aujourd’hui 75 ans. Ce livre relate ses souvenirs sur l’évolution du robot dans l’histoire humaine, depuis Robbie qui, en 1996, fut vendu comme bonne d’enfants, jusqu’à Byerley qui devint Président de la Fédération Mondiale terrestre en 2044.
À travers ces récits, on voit comment le robot, d’abord esclave soumis à l’homme, parvint peu à peu à être son égal, avant de devenir son maître. Les souvenirs du Dr Calvin forment un livre au charme désuet qui fait revivre l’aube du XXIe siècle, époque où l’homme existait encore indépendamment de son compagnon de métal, le robot.

Mon avis.

Un recueil lu en 1989 (ou 1990) et que j’ai pris beaucoup de plaisir à relire. Je me souvenais de l’ambiance, des idées sur la robotique, j’ai redécouvert la fausse simplicité de l’écriture, les rouages politiques pointés du doigt, les notions d’écologie et économies, et surtout l’humour de l’auteur. 

Ces nouvelles, à peu près chronologiques, sont liées par une courte trame où un journaliste interviewe une psychoroboticienne (cela, je l’avais totalement oublié) et peuvent donc se lire presque comme un roman. 

Enfin, les idées avancées sont d’une effarante modernité ! Bref, un très agréable moment de lecture.


La lettre volée de Edgar Allan Poe


Éditions/

Nb de pages : 125.

Série : / 

*** 
Traducteur : Charles Baudelaire.
Illustration : /

***
Catégorie : Nouvelles Classiques 
Partenariat : / 
Challenge : challenge ABC 2018.

Énigme, la disparition de cette lettre dérobée en haut lieu par un ministre indélicat. Le préfet de police sait qu’il la dissimule dans son hôtel, mais toutes les recherches entreprises à l’insu de l’odieux personnage restent vaines. Or la solution crève les yeux... Mais, à feuilleter l’album de Poe, on côtoie tout naturellement l’extraordinaire.

Le scarabée d’or étrange scarabée, en vérité, qui ressemble à une tête de mort. Couleur d’or avec des taches d’un noir de jais figurant les orbites et la bouche édentée. Tout autre que Legrand y verrait un mauvais présage. Mais lui, qui s’est exilé sur l’île Sullivan, se met soudain à croire en sa bonne fortune. À peine l’a-t-il découvert dans le sable que le mystérieux insecte le propulse sur la trace du capitaine Kidd. Une course au trésor dont il devra toutefois résoudre l’énigme... 

Mon avis


C’est une nouvelle classique, sans horribles scènes ni frayeur, avec une analyse fine du comportement humain lorsqu’il cache ou cherche un objet, ici, une lettre. Quelques réflexions sur les poètes, les sciences mathématiques agrémentent les pages. Néanmoins, je n’ai pas été séduite. Le style est agréable, certes, les réflexions posées avec sagesse. Mais il m’a manqué un peu de pep's, de rythme, ou de frisson. 

J’ai aussi relu le Scarabée d’or, dont le texte se trouve dans le même petit livre, mais c’était surtout la lettre que je voulais lire. Cette deuxième nouvelle renoue avec le style que je préfère chez Poe.


Les nouveaux contes à Ninon de Émile Zola


Texte du domaine public

Nb de pages : eBook.

Série : / 

*** 
Traducteur : /.
Illustration :

***
Catégorie : Nouvelles Classiques
Partenariat : /.
 Challenge : ABC 2018.

Dans les Nouveaux Contes à Ninon (1874), Zola expose tous ses talents, il joue de tous les registres, de tous les genres : le merveilleux, le fantastique, la satire, l’épopée, le récit réaliste, l’autobiographie. Il y exploite tous les tons : l’humour, l’ironie, le pathétique, le sérieux démonstratif, la colère. Ces volumes de contes sont une réfraction de l’œuvre entière : ils résument dix années de production littéraire et annoncent des thèmes, des figures et des formes que l’écrivain développera dans ses grands chefs-d’œuvre. Entre contes et chroniques, sous le signe de la fantaisie comme du sérieux, ces œuvres de jeunesse montrent la richesse, l’ambiguïté, la puissance d’imagination et d’expression qui donneront bientôt leur prix aux romans à venir.

Mon avis

Très classiques, un peu coquins, ces contes sont frais et agréables. Je les ai lus sur plusieurs jours, un peu chaque soir, au moment de m’endormir. 

J’aime la plume de Zola et ici encore elle m’a transporté. Je n’ai pas eu de préférence dans ces contes, mais j’ai souvent souri devant l’audace de l’auteur. Une épaule dénudée, un bain en tenue d’Ève... des baisers enflammés, Zola s’est joué des prudes de son époque, a titillé les mœurs. Ce ne sont pas les seules thématiques et l’étude de société ressort derrière des textes faussement légers. Bref, de très jolis instants de lecture. Je continue à découvrir Zola et chaque lecture m’entraîne vers les suivantes. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)