La forêt des araignées tristes de Colin Heine

Prenez un vaisseau qui vole, des araignées, des tours en guise de ville, secouez. Ajoutez une société d’assassins, des montres, un espion et laissez mariner. Parsemez de Vape, d’un peu de tristesse, de beaucoup de souvenirs... voici quelques-uns des ingrédients de ce roman Fantasy de Colin Heine : La forêt des araignées tristes.

La Forêt des araignées tristes

Éditions ActuSF

Nb de pages : 487
Existe aussi en numérique.

Série : / 

*** 
Traducteur : /.
Illustration : Dogan Otzel

***
Catégorie : Fantasy
Partenariat : ActuSF
Challenge : ABC 2019.



Bastien est paléontologue : sa spécialité ? Étudier les créatures étranges qui naissent de la vape, ce mystérieux brouillard aux propriétés énergétiques extraordinaires qui a recouvert le monde et menace de l’engloutir un peu plus chaque jour. Tour à tour victime d’un dramatique accident en apparence banal duquel il réchappe de justesse et témoin d’un attentat, où sa survie ne tient à nouveau qu’à un fil, il voit son destin basculer. Le voilà pris dans l’engrenage d’une affaire d’espionnage d’envergure internationale, sous les feux croisés d’une société secrète d’assassins, de brutes armées et d’une agence de détectives aux méthodes douteuses. Sans compter qu’une créature cauchemardesque, tout droit venue des Vaineterres, ces zones perdues dans un océan de vape, semble bien décidée à lui faire la peau... 


Parution : février 2019 - 978-2-36629-962-5
Prix de vente : 19,00 €


Biographie

Né à Paris, Colin Heine habite désormais en Autriche où il enseigne l’allemand. Après avoir fait ses premières armes dans la traduction et pratiqué le jeu de rôle pendant de nombreuses années, il signe avec La Forêt des araignées tristes un premier roman bluffant de maîtrise. Jonglant entre intrigue politique et aventure, horreur et critique sociétale, il cisèle un univers Belle Époque envoûtant, à l’ambiance steampunk teintée de gothique.
(source ActuSF)

L’histoire

  •  Deux lignes d’intrigues s’alternent dans ce roman, une consacrée à Bastien, l’autre à un drôle de bonhomme, fleuriste en journée, mais bien plus morbide pour sa passion... 



Mon avis

Lorsque la charmante S. m’a contacté, en décembre dernier pour me proposer un nouveau partenariat avec ActuSF, j’ai dû choisir parmi une liste de 4 romans celui qui m’inspirait le plus. J’ai hésité, mais le résumé de celui-ci m’a titillé, avec des mots comme  société secrète d’assassins ou encore une créature cauchemardesque, que j’imaginais être une araignée, vu la couverture...

Surprises et désillusions. 

Le livre m’est parvenu fin janvier et je l’ai posé sur le dessus de ma pile : envoûtée par la magnifique couverture je ne voulais pas tarder à découvrir cette histoire.

Mais, dès les premiers mots, j’ai tiqué.

Déjà, le style m’a dérangé. L’auteur abuse de descriptions aussi inutiles qu’encombrantes. Autant j’aime les belles plumes qui ornent leurs textes de métaphores divines, font d’une rose une fleur que l’on a l’impression de sentir en lisant. Autant dans ce livre, les nombreux détails apportés pour chaque geste, chaque pas, presque, m’ont rapidement saturé. On se doute bien que si un personnage tourne la poignée d’une porte, c’est pour l’ouvrir et s’il a mis son manteau...c’est pour sortir. Ces mots, collés les uns aux autres font perdre au peu « d’actions » présentes leur intérêt.

Or, ce défaut (oui, j’en fais un défaut) se cumule à un autre problème, pour moi : le passif/passé composé dont regorge le livre. De nombreux chapitres sont montés sur le même schéma narratif : une phrase engage le lecteur dans l’action et hop, l’auteur repart en arrière pour relater les faits qui ont conduit à cet instant de l’histoire. Une fois, c’est un style acceptable, qui peut relater des événements antérieurs à l’intrigue et apporter un éclairage, des compléments d’information. Mais lorsque c’est utilisé dans TOUS les chapitres, cela devient poussif.

Lassant.


Alternance, intrigues et, euh, le reste. 


Alors, bien sûr, si les intrigues avaient su m’emporter, ces points seraient devenus secondaires et j’aurais construit un article en les stipulant sans en faire un des principaux défauts. Sauf que malgré l’alternance et la volonté de l’auteur de semer des indices, les intrigues restent fades et surtout, pourraient constituer deux romans distincts !

D’un côté l’aventure rocambolesque (mais au passé) de Bastien, avec un chouïa de créatures/aventure/vape/Ernest (un des narrateurs) et de l’autre la partie consacrée à la société secrète...

Voilà, voilà.

Le seul petit truc qui m’a paru bien sympathique : les préparatifs pour le voyage vers les Vaineterres ! Ce chapitre-là m’a plu. J’imaginais les vaisseaux, l’équipage... C’est la partie Steampunck du roman, avec le tout premier chapitre et le véhicule téléguidé.

Et puis, pfuit ! tout va à vaut l’eau. Ajouter un agent, des secrets, des mystères n’a fait qu’emberlificoter un roman qui aurait mérité une bonne cure d’amaigrissement. Car la politique, les études de sociétés, les rapports entre les classes, etc., tout manque d’approfondissements. Et de liens.


Personnages, charismes et araignées.


Quant aux personnages, leur nombre et l’inutilité de quelques-uns ne donnent pas envie d’en brosser le portrait. Pour faire simple, Bastien donné comme intelligent est niais au possible, Ernest ronchon ne râle que très peu, la gouvernante peste plus que lui, l’assassin relève un peu le niveau, mais ses motifs sont peu convaincants (oui, bon, oki, je bosse avec des fous, du coup, lui, il m’a semblé bien peu atteint)... 


Un point positif ? 


Deux, en fait. J’ai bien aimé les zombies de l’histoire et, comme dit plus haut, le chapitre sur les préparatifs du voyage d’Ernest, voire celui sur son engagement. Ah, si, un troisième : les gargouilles.

Cela fait peu, pour un pavé de 487 pages.

Au final

Les mots pour : /

Les mots contre : Style, intrigues, ...


En bref : un livre qui m'attirait mais qui n'a pas su me plaire. Trop de petits défauts émaillent le texte, dont le style. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)