Emma de Jane Austen


L’amour, cette belle magie !* Ce roman de Jane Austen prouve encore une fois cette maxime. Car Emma va découvrir que l’amour gagne toujours.



Éditeur : le Livre de poche

Nb de pages : 512

Série : / 

Traducteur : Pierre Nordon.

***

Catégorie : Classique

***
Partenariat : / 

Challenge : ABC 2017.



Orpheline de mère, seule auprès d’un père en mauvaise santé, Emma Woodhouse, désormais la maîtresse de maison, s’est mis en tête de marier Harriet Smith, une jeune fille qu’elle a recueillie chez elle. Ce faisant, ne s’est-elle pas attribué un rôle qui n’est pas (ou pas encore) pour elle ? Son inexpérience des cœurs et des êtres, ses propres émotions amoureuses, qu’elle ne sait guère interpréter ou traduire, lui vaudront bien des déconvenues et des découvertes.

*L’amour, cette belle magie ! est la dédicace officielle de mon roman Cœurs Hybrides.


Biographie

Jane Austen (1775 – 1817) est une auteure anglaise du XIXe, elle a commencé à écrire dès l’âge de 11 ans !

Elle a passé sa vie à écrire et s’occuper de ses neveux et nièces.

Le succès de ses livres ne se fera qu’à la fin du XIXe siècle, alors qu’elle est décédée en 1817 à 41 ans.

L’histoire

  •  Une jeune femme joue les entremetteuses et parvient à marier ses amies. Mais, parfois l’amour se veut retors... 

Mon avis

Dire que j’aime la plume de Jane Austen est un euphémisme. Chacun des romans lus jusqu’à présent m’a emporté dans cette Angleterre qu’elle savait magnifier et dépeindre avec brio. Ses personnages sont riches, son humour incroyable.

Petite peste ! 


Emma est ce que je qualifierai de petite peste. Imbue, bornée, elle ne s’occupe des autres que pour son bon plaisir et aime par-dessus tout que l’on admire ses talents. Touche à tout, elle dessine notamment quelques portraits relativement réussis et admirés par ses amis. Et si elle pense sincèrement les mettre en valeur, c’est surtout pour que soient reconnues ses propres qualités. Car, dès qu’un de ces dessins se voit targué de défauts, elle pose ses crayons, les oublie pour s’adonner à d’autres amusements.  

Entre un père hypocondriaque (très drôle) et des amis dévoués, elle mène une vie de petite princesse sans souci. Du coup, elle déborde de temps qu’elle consacre à une passion : marier les autres !

Malheureusement, Emma ne sait pas lire les autres et se méprend souvent sur leurs intentions. Elle confond ses sentiments avec ceux qu’ils pourraient avoir...


Étude de mœurs


À travers ce roman, comme les précédents — ce texte a été publié anonymement juste avant la mort de Jane Austen — l’auteure nous trace une brillante étude des mœurs. Moins romantique, plus ironique, l’intrigue nous entraîne dans une étude sarcastique des mariages arrangés et du respect des classes.

Harriet, la jeune femme que recueille Emma, est orpheline, et surtout aucune information n’existe sur son père. Dans ce monde patriarcal, sans ces données, elle est considérée comme une pauvresse qui ne pourra prétendre épouser au-dessus de sa condition, et cela même si elle a été éduquée dans une bonne maison.

Emma va pourtant tout faire pour que sa protégée se marie avec un pasteur plein de charme. Mais Mr Elton a d’autres projets...


L’amour gagne toujours, à la fin. 


Avec Jane Austen, pas de véritables suspens. L’amour reste la plus belle histoire des vies qu’elle nous conte. Ainsi, va-t-elle encore une fois montrer que ce sentiment peut bousculer les lois, faire tomber les barrières sociales.

Je ne peux qu’applaudir ! Cette volonté de laisser parler les cœurs, au-delà de toute raison, m’enchante.


Style et classicisme. 


Or de question, bien sûr, de terminer sans un bel hommage au style épuré et magnifique de Jane Austen. Ces mots coulent. Ces descriptions enchantent. Et les dialogues, point fort de ce roman, sont teintés d’une part d’humour indéniable.

Au final

Les mots pour : Style, humour, ironie, caractère réussi de l’héroïne

Les mots contre : début un peu long, manque d’action

(explication de la grille de notation)
Style : 5/5
Intrigue : 3,25/4
Personnages  : 3,5/4
Écriture : 2,5 Crédibilité : 1,5
P principal (aux) : 2,5/3
Narration : 1,5 Action : 0,75
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 2/2
Sensation générale : 2,5/3
Rythme général : 1,5/2
Total : 17,75/20

En bref : un nouveau coup de cœur pour cette auteure, avec cette fois un livre centré sur une jeune femme au caractère bien trempée. Très moderne (alors qu’il date de 150 ans), ce roman aborde les différences de classe et le pouvoir de l’amour. 

1 commentaires :

Mypianocanta a dit…

J'adore cette "petite peste" d'Emma, que tu décris fort bien. Je crois que c'est le roman le plus drôle de Jane Austen.
Si un jour tu as le temps (et si tu ne la connais pas encore), je te recommande l'adaptation de la BBC … à voir en VO pour avoir toutes les subtilités des dialogues austeniens. C'est un vrai bonheur.

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)