Tristan et Izabeau de Ysaline Fearfaol (série)


Que faut-il pour contrer un homme arrogant ? Découvrez une des solutions proposées par Izabeau, l’héroïne de ce premier tome de la série Les légendes de Djaïd : Tristan et Izabeau de Ysaline Fearfaol.


Éditions CreateSpace (autoédition)

Nb de pages : 544

Série : Les légendes de Djaïd (tome 1) 

*** 
Traducteur : /.
Illustration : / 

***
Catégorie : romance – Fantastique
Partenariat : /
Challenge : ABC 2018 et Printemps de l’imaginaire 2018.


Quand parle le Sang de la Forêt...

Beau, riche et arrogant, Tristan de Beaumont fait depuis toujours la loi au sein de la communauté des fils et filles de planteurs. Il est d’autant plus irrité par l’attitude d’Izabeau de Clairage, la seule à oser lui tenir tête avec succès, bien qu’il fasse tout pour l’ostraciser. 
Issue d’une lignée de femmes-félins, et possédant de puissants pouvoirs propres à celles de sa race, Izabeau sait que son avenir est irrévocablement lié au destin de celui qu’elle méprise. 
Mais ce qui semble un sort funeste va frapper Tristan de plein fouet et le mettre à la merci de ses ennemis. Contraint de plier, lui qui a toujours dominé, il ignore que de son côté Izabeau arrive elle aussi à un tournant de son existence, qui pourrait les priver tous les deux de la possibilité de choisir leur avenir...




Biographie

Ysaline Fearfaol est née en 1967

Elle aime les romances, la fantasy, le fantastique, les polars, historiques surtout, les romans historiques et les découvertes littéraires inattendues...

Grâce à l’édition indépendante, elle publie le premier tome de « La Meute de Chânais » sur Amazon, en ebook et papier. La série est née suite à un défi littéraire lancé sur le net. Le petit texte écrit à l’époque est devenu un roman sous la pression amicale de deux de ses amies.

Sous le nom d’Ayleen Night, elle publie aussi des romances érotiques gays.

Son Blog 


L’histoire

  •  Tristan a tout pour lui, ou presque. Il ne lui manque qu’un peu de respect pour les autres... 

Mon avis

J’ai ce livre dans ma PAL-liseuse depuis sa sortie et j’ai tardé à le lire pour différentes raisons, la première étant le temps, la seconde étant tombée en désuétude, puisque je lis rarement un premier tome avant que le deuxième au moins ne soit publié. Mais cette année, j’ai décidé de l’ajouter à mon ABC (moyen assez sûr de lire un bouquin et de le glisser dans la mini liste du challenge de l’imaginaire francophone – qui termine ce soir.

Femme de caractère

Ce que j’ai le plus apprécié, c’est le caractère d’Izabeau ! Femme forte, relativement sage, elle apporte la part fantastique dans le roman.

D’ailleurs, ce sera mon seul bémol : j’aurais aimé qu’il y ait plus de fantastique, plus de magie. Izabeau et les femmes de sa race détiennent un sombre pouvoir et j’espère le retrouver dans le second tome. Sa relation à la forêt mérite à elle seule un livre entier [quoi ? Oui c’est un appel du pied !]

Néanmoins, Izabeau prend rapidement les rênes [et pas les rennes !] de la relation et impose à son amant sa façon de voir les choses. Certes, il n’a pas trop le choix, puisque l’intrigue lui impose une forme de soumission.

Romance


Ceci dit, cela reste une romance et sur ce point, pas de souci, c’est amplement suffisant et bien construit. Les scènes érotiques arrivent vers le milieu du livre, après une véritable construction de l’intrigue et se justifient.

Pas de voyeurisme inutile, pas de sexe pour gonfler le nombre de pages, un équilibre qui a su me satisfaire.

L’ambiance est bien dépeinte, les décors donnent le ton, les costumes et personnages sont crédibles pour une immersion dans l’époque. 

Esclavagisme et libre arbitre.


Le thème sous-jacent est celui de l’esclavagisme et des tortures physiques et mentales subies par les hommes et femmes achetés et envoyés dans les champs. L’originalité du roman tient aux personnes mises en esclavage. Je vous laisse découvrir ce point dans le livre.

Bon, dès les premières pages, on se doute du sort du héros et de son devenir. Mais ce n’est pas le propos du livre, donc, pas de problème de prévisibilité. 


L’évolution du personnage et le traitement de l’esclavage donnent une lecture enrichissante, tout en restant légère et agréable.

Et le méchant est un sadique que l’on prend plaisir à détester...

La suite : 


Oui, sans problème, à la condition qu’elle concerne un autre couple à peine évoqué dans le roman...

Au final

Les mots pour : Esclavagisme ; aventure ; ambiance ; belle romance. 

Les mots contre : petit manque de fantastique.


En bref : un livre lu en très peu de temps, qui aborde l’esclavagisme et les comportements narcissiques. Une belle romance. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)