Engrenages et Sortilèges de Adrien Tomas - #PLIB2020


Entre un mécanicien hors pair et un magicien, qui sera le plus fort ? Découvrez un début de réponse dans ce romans jeunesse SF d’Adrien Tomas : Engrenages et Sortilèges.


Éditions Rageot

Nb de pages : 480.

Série : / 

*** 
Traducteur : /.
Illustration :

***
Catégorie :  Jeunesse - Science-Fiction

Challenge : ABC 2020 imaginaire.


Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…

Sortie : 23 Janvier 2019 – #ISBN9782700259360


Biographie

Biologiste de formation, passionné de sciences naturelles, Adrien Tomas a aussi toujours été porté par la lecture et l’écriture. Après un master d’écologie marine, il a travaillé plusieurs années comme scientifique au sein de parcs zoologiques. Son premier roman publié, La Geste du Sixième Royaume (éd. Mnémos) a reçu le prix Imaginales du meilleur roman français en 2012. Depuis, Adrien a ajouté plusieurs romans et nouvelles à sa bibliographie. Il vit désormais de sa plume en tant qu’auteur et traducteur.

(source : site éditeur)

L’histoire

  • Deux jeunes que tout oppose vont se serrer les coudes, alors qu’ils sont kidnappés. 
  • Un extrait (Site Rageot)

Mon avis

J’ai lu Adrien Tomas dans des livres plus sombres, plus adultes. Et donc, lorsque j’ai vu son livre dans les présélections du prix, je n’ai pas hésité à le mettre dans mes vingt, d’autant que la couverture et le résumé laissaient présager une aventure mêlant magie et cuivres. 

Jeunesse et comportements


Pourtant, dans les premiers mots du livre et l’apparition des deux héros, j’ai eu la sensation que le caractère ne correspondait pas à l’âge des personnages. Leurs décisions, leurs réactions sont trop matures.

Ce point sera mon plus gros bémol pour ce roman, qui se lit très vite avec une très bonne alternance entre les parties. Réflexions, pensées, actions, il n’y a que très peu de temps morts dans les premiers chapitres et pas de longueurs inutiles.

Malheureusement, ce rythme se ralentit fortement et le deuxième tiers devient un peu poussif. La fin du livre (dernier tiers) reprend un rythme soutenu, et bien qu’un peu prévisible, apporte un vrai bon moment de lecture.

L’avantage majeur est une narration à la troisième personne centrée, tour à tour, sur chacun des deux héros.

Le mot du livre

Lors de l’article précédent, j’ai abordé le sujet de la narration à la première personne. J’ai donc choisi de parler aujourd’hui de celle à la troisième personne.

C’est ici l’auteur qui raconte l’histoire. Il peut décrire les actes des personnages et leurs pensées. Plus fréquente, bien que les livres actuels tendent à inverser la tendance, ce type de narration se décompose en groupes en fonction du point de vue narratif : les narrations internes centrées sur un seul personnage, les narrations omniscientes, les narrations externes.

  • Les narrations externes

L’auteur écrit ce qu’il peut voir (et donc ce que voit le lecteur), sans accéder aux pensées des personnages. Cela permet d’augmenter le suspens.

  • Les narrations internes centrées sur un seul personnage
L'auteur s'attache à un seul personnage (narration interne) avec les mêmes limites que pour la narration à la première personne : on ne sait pas ce que pensent les autres personnages ni ce qu’ils font quand le héros n’est pas là. 

En cas d'alternance narrative, comme dans ce livre, l'auteur change de héros à chaque chapitre/partie/paragraphe et le lecteur obtient une vision plus globale. 
  • Les narrations omniscientes
Ici, l’auteur maîtrise son monde, choisi vers qui il focalise sa narration, à quel moment. Il peut donner les points de vue de chacun, jongler de l’un à l’autre... Il voit tout, il sait tout. Mais le lecteur lui découvre les éléments quand le faisceau se porte dessus. 

Avec plusieurs protagonistes, l’écueil à éviter serait de passer, au sein d’une scène ou d’un paragraphe par les pensées de tous les acteurs présents. Mieux vaut choisir une alternance entre les protagonistes. Ou, comme le font certains, focaliser sur un seul personnage le temps d’un chapitre. 

Avec ce type de récit, il est plus simple de se détacher des personnages pour décrire leur lieu de vie, l’environnement. Les descriptions sont donc plus riches, car elles ne dépendent pas du héros, mais de l’auteur qui « connaît tout son univers ». 

Magie et Steampunk


Et effectivement, le livre nous entraîne dans un univers riche, avec des magiciens et des mécaniciens aux machines superbes et inventives. On découvre, au travers des deux héros, une opposition entre les deux factions. Chacun se pense supérieur à l’autre, plus fort, plus puissant... 

Adrien Tomas a glissé beaucoup d’inventivité et su réutiliser des standards de la fantasy (spoiler) : un chat qui parle, un animal totem porteur de la puissance magique, des robots humanoïdes soumis ou pas... 

Comme dans de nombreux romans fantasy, un minéral devient l’enjeu principal des riches et amène son lot de conflits et positionnements politiques.   

Étude politique 


Je retiens de ce roman une belle étude politique derrière une aventure jeunesse. L’auteur a mis l’accent sur des points intéressants, comme la pauvreté des personnes n’ayant plus d’emploi, le dénigrement des riches, les jeux de pouvoir. Abordés simplement et liés à l’intrigue, ces éléments montrent les écarts entre les travailleurs et un gouvernement trop détaché de la réalité de son peuple.

La suite ? 


Ce roman est un tome unique. Même si j’ai apprécié toute la structure du roman, je reste un peu mitigée. Ayant déjà lu et apprécié la plus d’Adrien Tomas dans ses romans « adultes », je pense que je me cantonnerai à cette catégorie pour mes prochaines découvertes. 

Au final

Les mots pour : narration à la troisième personne, chat, politique

Les mots contre : manque de charisme des héros, ralentissement au deuxième tiers, prévisibilité.


En bref : un très bon roman jeunesse, malgré quelques petits bémols. Un très bon moment de lecture, pour ce livre alliant efficacement Magie et Steampunk. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)

Mentions légales et Cookies...

Ce site utilise google analytics pour obtenir des statistiques anonymes de fréquentation.

Ce logiciel satisfait aux législations en vigueur mais vous pouvez désactiver les cookies lors de votre visite.

Les adresses mails utilisées par la newsletter sont gérées par FeedBurner.