Aussi libres qu'un rêve de Manon Fargetton


Chez nous, le mois de naissance détermine notre année scolaire. Mais dans ce roman, il détermine votre futur métier ! Une chance pour certains, mais pas pour des deux héroïnes de ce court roman SF : Aussi libres qu'un rêve de Manon Fargetton


Éditions Castelmore 

Nb de pages : 264.

Série : / 

*** 
Traducteur : /.
Illustration :

***
Catégorie : Science-Fiction Jeunesse 

Partenariat : / 
Challenge : ABC imaginaire 2019.


En cette fin du XXIe siècle, l’accès à un métier est régi par la loi des Dates de naissance. Ainsi, si vous êtes né en janvier, les métiers les plus cotés vous seront proposés ; par contre, si vous êtes né en décembre, il ne vous restera que les métiers dont personne n’aura voulu.
Silnöa et Silnëi sont sœurs jumelles, mais l’une est née le 31 décembre à 23 h 58, et l’autre dans les premières minutes de janvier ! Cela ne les empêchera pas d’unir leurs forces pour combattre la tyrannie des Dates de naissance, en compagnie de Kléano, jeune chanteur d’un groupe de rock rebelle.




Biographie


Née en 1987 en France, Manon Fargetton a un diplôme des Métiers d’Art en régie de spectacles (lumière), et exerce deux métiers : régisseuse lumière au théâtre et écrivaine.

Ce roman est son premier.  

L’histoire

  •  Deux sœurs jumelles se voient contraintes, par la loi de leur pays, à apprendre des métiers forts différents, car elles sont nées autour de minuit, au passage de l’année. L’une sera artiste, adulée et enviée, l’autre... 

Mon avis


Ce court roman jeunesse hantait la bibliothèque de ma choupette depuis quelque temps. Au moment de choisir un auteur en F, pour le challenge ABC imaginaire, j’ai jeté un coup d’œil à ses étagères et glané ce livre ainsi que d’autres lectures. On en reparlera d’ailleurs sous peu, puisque j’ai terminé hier soir la lettre A, aussi issue de cette bibliothèque.

J’ai eu la chance de rencontrer subrepticement Manon Fargetton lors des dernières imaginales. C’est une jeune femme charmante, pétillante et j’ai un peu retrouvé cette âme dans les pages de ce court roman.

Naissance et vie  

La date de naissance d’une personne est censée impliquer sa vie. Dans notre réalité, nombreux croient aux signes astrologiques et leur influence, d’autres à la numérologie. En cette période de nouvel an chinois, on ne peut oublier leurs signes spécifiques.

Mais Manon Fargetton a été bien plus loin. Ses personnages vont subir leur date de naissance, pour une grande partie, car elle va orienter leur futur métier. Les chanceux, qui naissent dans les premiers mois auront le loisir de choisir une activité riche de sens. Artistes, politique, meneurs, des affectations glorieuses leur tendent les bras et alimentent la jalousie des natifs de fin d’année, condamnés à occuper les postes restants.

Si le classement global des métiers n’est pas abordé dans son ensemble, les rares exemples donnés laissent pensifs. Les premiers nés ont tous les avantages (selon les critères de l’auteur) et les miettes sont saupoudrées sur les autres.

Un autre point reste dans l’ombre : quid du chômage ? est-il dévolu aux habitants de la jungle urbaine ? Ce sont des points passés sous silences, mais c’est un roman jeunesse et de surcroît assez court. Je n’en ferai donc pas un bémol. D’ailleurs, peut-on aborder tous les sujets dans un livre ?

Musique et musicalité


Les héros du livre se retrouvent dans une cave et jouent de la musique, ce qui leur est formellement interdit, puisqu’ils ne sont pas nés en janvier. Ce mode d’expression est souvent lié à la rébellion. On ne peut donc pas parler d’innovation. Néanmoins, cela reste presque anecdotique dans le roman.

Ce qui l’est moins, ce sont les prénoms choisis : Kléano, Minöa, Silneï... Je les ai trouvés très agréables et d’une grande musicalité. Je n’accorde pas grande importance aux prénoms des personnages que je lis, alors que je fais très attention à ceux des livres que j’écris. Une recherche d’harmonie. Ici, ces prénoms aident à se déplacer dans un autre univers, une autre réalité.

SF et futur. 


Car l’ensemble de cette histoire se déroule dans un futur un brin dystopique. Entre les junkies, les robots, le gouvernement autoritaire (presque dictatorial), on est loin d’un avenir rose et joyeux. Les points abordés sommairement laissent le lecteur dans le flou. On saisit des bribes d’informations sur ce qui a conduit à ce nouveau mode organisationnel, sans vraiment détenir les clés. Certes, ce n’est pas le but du livre. Mais pour le coup, j’ai eu la sensation de manquer de deux ou trois explications.

Le côté futuriste est lui abordé par des détails : un lit nuageux autoporté, quelques robots... Les descriptions rapides et sans fanfreluches posent un décor simple. On sent une volonté de montrer que l’histoire se déroule dans un futur assez proche, sans vraiment s’appesantir sur les différences ou chercher à abreuver le lecteur de technologies high-tech. Et ça marche.


Suspens ou prévisibilité. 


Alors, bien sûr, c’est très prévisible. Même la fin. Je note toutefois le petit côté dramatique insufflé à l’intrigue.

Au final

Les mots pour : style simple et efficace ; prénoms ; touches futuristes ;

Les mots contre : manque d’informations historiques ;


En bref : un bon roman jeunesse qui se lit en très peu de temps. Des personnages attachants (malgré leur jeunesse), mais une intrigue un peu téléphonée ou cousue de fils blancs. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)

Mentions légales et Cookies...

Ce site utilise google analytics pour obtenir des statistiques anonymes de fréquentation.

Ce logiciel satisfait aux législations en vigueur mais vous pouvez désactiver les cookies lors de votre visite.

Les adresses mails utilisées par la newsletter sont gérées par FeedBurner.