Red queen de Victoria Aveyard (série)


Une rouge porteuse d’un talent plus grand que ceux des argents ? Découvrez la fabuleuse histoire d’Amél... euh, pardon, de Mare Barrow dans ce premier tome de la série Red Queen de Victoria Aveyard. 


Éditions Le livre de poche

Nb de pages : 444.

Série : Red queen 

*** 
Traducteur : Alice Delarbre.
Illustration :

***
Catégorie : Fantasy jeunesse

Partenariat : /
Challenge : ABC imaginaire 2019.


Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.





L’histoire


Mon avis

J’ai fait l’acquisition de ce roman lors de sa sortie en poche pour l’offrir à ma choupette. J’en avais lu des avis plus que positifs et elle cherchait des livres un peu différents de ses lectures habituelles. Du coup, lorsque j’ai monté ma liste ABC imaginaire 2019, elle me l’a proposé en lettre A.


Jeunesse, amourette et flop. 


Mais dès les premières pages, j’ai soupiré. Ce livre n’est vraiment pas pour moi (ni pour ma fille) avec cette héroïne qui se veut rebelle mais qui cède aux premiers regards un peu chauds du personnage principal, tout en étant partiellement amoureuse de son frère.

Déjà les trios amoureux, ça m’épuise. C’est tellement immature et loin de la vraie vie que je suis désespérée d’en voir si souvent dans les romans jeunesse. Oui, effectivement, une fille peut être attirée par un autre garçon et hésiter. Mais de là a en faire une généralité et le placer dans TOUS les livres, aux secours !


supermégadouéethemust.  


Quoi, vous n’aimez pas les titres à rallonge ? Ben, perso, ce sont les personnages super méga doués plus forts que tous les autres réunis et qui découvrent leur talent hop comme ça, en un claquement de doigts. Encore une fois, c’est hyper caricatural et cela a déjà été écrit des dizaines de fois dans d’autres livres.


Points forts. 


Ah, oui, tout de même, il y a quelques petits trucs bien dans ce roman. Déjà l’idée des deux races que la couleur du sang sépare, les uns avec des dons, les autres sans. Les argents sont des X-mens que l’autrice aurait pu rendre extraordinaires. Elle en fait des nantis blasés, ce qui leur donne un petit côté désabusé pas inintéressant.

L’opposition entre les deux frères, bien que très visible (prévisibilité de l’intrigue : maximale) reste un point assez bien amené. L’héroïne plonge (pas les lecteurs) et se laisse berner. Mais bon, de toute façon, elle est nunuche à souhait : une véritable marionnette.

Enfin, l’utilisation de la technologie par les rouges reste le point que j’ai trouvé le plus marquant et qui aurait pu donner une véritable intrigue, si l’autrice ne s’était pas focalisée sur une romance de gare (ou Arlequin, a vous de choisir) 

La suite ?


Non, du coup, mais vous vous en doutiez.



Au final

Les mots pour : opposition magie/technologie, opposition fraternelle, deux races.

Les mots contre : Tout le reste !


En bref : Ma critique est acerbe, j’en conviens. Mais j’en ai un peu assez de ces livres montrés comme sensationnels, avec des avis dithyrambiques (souvent des copies de copies de copies).

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)