Le Dieu dans l'ombre de Megan Lindholm - Robin Hobb


Saurez-vous déterminer le rêve de la réalité ? Evelyn, l’héroïne du roman fantastique Le Dieu dans l’ombre de Megan Lindholm (alias Robin Hobb), est-elle folle ou simplement la seule à voir le faune ?   


Éditions ActuSF

Nb de pages : 539.

Série : / 

*** 
Traducteur : Claudine Richetin.
Illustration :

***
Catégorie : Fantastique
Partenariat : ActuSF
Challenge :.


Evelyn a vingt-cinq ans, un époux, une belle famille et un enfant de cinq ans.
Quand elle était jeune fille, elle avait la compagnie des forêts de l’Alaska, de la poésie de la nature et de Pan, un faune mystique.
Un jour, il disparut.

Elle n’aurait jamais cru que la créature irréelle surgirait à nouveau dans sa vie et agiterait en elle ces émotions fantasmatiques et sensuelles.

À mi-chemin entre la civilisation et la nature, sous le couvert des arbres glacés, Evelyn devra faire face à des choix terribles. Trouvera-t-elle son chemin dans l’ombre ?


***

Légende de la fantasy, Megan Lindholm, alias Robin Hobb (L’Assassin Royal, Le Soldat chamane), tisse ici un chemin de vie d’une humanité sensible, où le fantasme de la nature se mêle aux désirs sombres et inquiétants qui grouillent au fond de nous.

Livre reçu en partenariat avec les éditions ActuSF, que le remercie pour cette découverte. 


Biographie


Megan Lindholm est le premier pseudonyme utilisé par Robin Hobb


L’histoire

  •  Une femme, un faune, la nature mise en exergue. Entre rêve et réalité, la violence est parfois plus vive que dans les cauchemars. 

Mon avis

Dire que j’adore la plume de Robin Hobb est un doux euphémisme. Ici encore, elle a su ravir mes sens, m’emporter dans ses lignes. Pourtant, ce n’était pas gagné, car le début du livre et l’immersion en monde réel m’ont laissée pantoise lors des premiers chapitres.


Première partie contemporaine.


Cette première partie, avec l’héroïne qui part en avion, accompagnée de son mari et de leur fils pour aider sa belle famille à rester riche... comment ça cette phrase vous gonfle ? Et bien, elle traduit mon sentiment dans les premiers chapitres. J’aime la magie, les bestioles fantastiques et les livres enchanteurs. 

Du coup, me retrouver dans un roman pseudo contemporain, avec une femme qui ne trouve pas sa place, se soumet à l’opprobre familial, accepte de devenir l’ombre d’elle-même et les toilettes décorées avec des angelots culotte aux pieds m’a rapidement fait hausser les épaules en soupirant. 

Et puis, un faune ! 

Le mot du livre.

Art institute of Chicago
(faussement attribué à P Gauguin)
Un faune. Ce sera le premier mot de cette nouvelle forme d’article, que je vais tenter de conserver. Vous y trouverez en vrac des définitions, des illustrations, l’interprétation faite par l’auteur... la mienne, aussi. Bref, je recentre les articles sur les mots. Après tout, c’est le titre du blog.

Allons-y donc pour le faune.

La définition que j’ai choisie est celle de la CNRTL :
FAUNE : (MYTH. LAT.) Divinité champêtre représentée avec un torse humain, des oreilles pointues, des pieds et des cornes de chèvre. [...] Le faune aux pieds de chèvre, aux oreilles pointues ! (Hugo, Contempl., t. 1, 1856, p. 93)
L’auteure a conservé cette description et même les visions de ses prédécesseurs :
 (...) des faunes animaux, Dieux qui mordaient d’amour l’écorce des rameaux. Et dans les nénufars baisaient la Nymphe blonde ! (Rimbaud, Poés., 1871, p. 40)
Puisque cet être mystique est un amant pour notre héroïne. Les descriptions et le comportement de cet être donnent toute la saveur fantastique du roman.

Deuxième partie.

Bien qu’elle ne soit pas matérialisée dans le roman, celui-ci se découpe en deux parties. La séparation se fait par un événement traumatisant pour Evelyn (et sa famille). Juste auparavant, elle avait retrouvé le faune de son enfance, son ami, son confident, le seul à vraiment la comprendre, quand enfant, elle préférait chasser dans les forêts l’Alaska. Grâce à lui, sa nouvelle vie dans cette famille qu’elle n’aime pas et qui le lui rend bien devenait plus douce, plus agréable.

Et puis un drame vient chambouler cet équilibre précaire.

Evelyn fuit. Elle trace la route. Elle décide de rentrer chez elle, dans sa masure en Alaska. Sans confort moderne, mais sans angelots pisseurs (le summum du kitch, je suis bien d’accord avec l’auteure).

Et son amant l’accompagne, la protège, l’entraîne dans une aventure où la nature les entoure de ses bras salvateurs.


Plume et talent.

Et la magie a opéré. Un peu déçue par les premières pages, j’ai plongé dans cette deuxième partie, portée par les mots de cette auteure talentueuse.

Les personnages créaient des sentiments, soit on les exècre, soit on voudrait les bousculer, les engueuler. J’ai bien évidemment réagi au drame (qui ne le ferait pas ?) et savouré la relation qui se lie, après les échanges purement sexuels (sans érotisme primaire) entre Evelyn et le faune.

Néanmoins, je ne peux pas accorder de coup de cœur, car l’ensemble est très lent, avec des longueurs et une première partie vraiment insipide. Ben, certes, la fin est plus que déroutante et mérite d’accorder un joli bonus.

Un autre roman de l’auteure ?


Évidemment !


Au final

Les mots pour : plume, intrigue globale, fin, nature, le faune

Les mots contre : le début, la lenteur, quelques longueurs.


En bref : un livre en deux grandes parties, tant dans l’ambiance que le traitement par l’auteur. Loin de sa fantasy habituelle, ce roman fantastique aborde des sujets durs et très féminins. Une belle lecture, même si je n’en fais pas un coup de cœur. 


 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)