La ville sans vent de Eléonore Devillepoix - #plib2021


Découvrez le premier tome de cette série fantasy d'Eléonore Devillepoix, la ville sans vent. 


Éditions Hachette


Nb de pages : 442.

Série : La ville sans vent 

*** 
Traducteur : /.
Illustration :

***

Catégorie : Fantasy - jeunesse


À dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s’attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d’Hyperborée.
Son chemin, semé d’embûches politiques, va croiser celui d’Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d’un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ça tombe bien, elle a tendance à les déclencher…
Lui recherche l’assassin de son maître, elle le père qu’elle n’a jamais connu. Lui a un avenir. Elle un passé.
Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s’apprivoiser.

#isbn9782017108443

Ce livre m’a été prêté dans le cadre des livres voyageurs par une des jurés du Plib2021 que je remercie. 


Biographie

Née en 1991, Éléonore Devillepoix a passé son enfance dans la campagne normande, à chasser des grenouilles à l’épuisette et à dévorer des histoires. Ces lectures lui ont laissé un goût pour les livres d’aventure et la conviction qu’un bon roman jeunesse doit pouvoir plaire aux adultes. 

Le personnage d’Arka date de cette époque. Celui de Lastyanax a été inspiré par ses études de politique et de philosophie à Munich, Paris et Londres. La construction de La ville sans vent s’est achevée à sa sortie des bancs universitaires, grâce à l’esprit critique de sa famille et au forum d’auteurs Plume d’Argent. 

Aujourd’hui, Éléonore Devillepoix vit trois vies en parallèle : attachée parlementaire européenne à Bruxelles en semaine, joueuse de quidditch le week-end et écrivaine la nuit.

source Hachette

Autour du livre

  • Un extrait
  • La ville sans vent – Livre 2 – La fille de la forêt – paru le 14 octobre 2020

Mon avis

Lorsque j’ai lu les premières pages de ce roman, en novembre denier, j’ai tout de suite accroché et, logiquement, j’ai mis ce livre dans ma sélection. Acheter tous les livres étant impossible (pour moi), je me suis inscrite sur les livres voyageurs pour le recevoir. 

Normalement, nous avons 15 jours pour lire le livre ainsi prêté, afin qu’un maximum de personne puisse le recevoir. Mais quatre soirées m’ont suffi… 


Un meurtre

Enfin un premier qui permet à Lastyanax (mais quel prénom !) de devenir ministre à dix-neuf ans. Une première dans cet univers sous cloche. 

Durant les premières pages, de nombreuses informations sont données, ce qui peut un peu dérouter. Mais l’auteure a su allier ces informations à une aventure épique, qui non seulement montre les aptitudes de son héroïne, mais nous entraîne dans cette drôle de ville à sept étages… où les tortues parcourent des canaux. Petit hommage à Pratchett ? 

Sous couvert d’une aventure fantasy, l’auteure nous entraîne avec une plume riche et savoureuse, dans une histoire alliant enquête, politique, magouille, et un mini brin de romance ou plutôt d’émois et de déconvenues. 

Usant d’un vocabulaire parfois soutenu (merci) sans jamais alourdir son texte, Éléonore nous offre une belle démonstration de talent et prouve que la troisième personne et le passé simple ont encore de beaux jours devant eux (ouf). Cela n’empêche absolument pas vibrer avec les personnages, de craindre pour leur devenir. 

Les pages se tournent sans y penser, la chronologie est respectée malgré l’alternance entre les protagonistes. 

Deux minéraux


Eléonore Devillepoix n’est pas la première à utiliser les minéraux comme vecteur de magie, mais elle fait avec une douceur et une réflexion brillante. Deux minéraux sont utilisés, ce qui évite les confusions : l’orichalque et le vif-azur.

D’ailleurs, dans le roman les choses vont souvent par deux. Un maître et son élève, deux sœurs qui tournent autour de Last (oui, hein, on va préférer son pseudo), deux gamines en fuite après l’incendie d’une cité… ou par trois, avec les Triplés Titanesques qui apportent une grande fraîcheur à l’intrigue. 

Trois parties  ?


Trois c’est aussi le nombre de parties du livre – bien qu’il ne soit pas découpé ainsi, mais en chapitres, eux-mêmes divisés en sous-parties centrées sur un personnage narrateur. 
  • Tout d’abord, l’arrivée d’Arka dans la ville sans vent, ainsi nommée, car c’est une citée sous cloche, comme une grosse boule à neige, sauf que la neige est à l’extérieur. 
  • La deuxième partie (fictive) du roman concerne l’école suivie par Arka et en parallèle les fonctions de ministre de Last. Opposition, confrontation, petits tracas, les évènements s’enchaînent et Arka apprend. Last cherche l’assassin de son mentor et son enquête dérange… 
  • La dernière partie se concentre sur les réponses, et amène une belle ouverture sur la suite de ce roman. 
Trois, c'est aussi le nombres de clans en lice : les amazones, les mages et une troisième ville que je vous laisse découvrir... 

Quatre 

Ce sont les animaux présents dans le roman. Enfin, ceux qui ont une importance. Un serpent qui annonce l’avenir, Le Nabot qui dupe les meilleurs chevaux, un griffon affamé et une tortue à la carapace en or… 

Un bestiaire étonnant, mais tellement lié à l’intrigue qu’il serait difficile de l’oublier. 

Cinq livres pour le plib

J’ai voté pour ce livre, lors de la sélection, et je voterai à nouveau en mars prochain. 

Au final

Les mots pour : style, rythme, magie, politique, idée, intrigue.

Les mots contre :…


En bref : un très bon roman fantasy, frais et dynamique, avec une plume superbe et une aventure très inventive. Uun coup de cœur. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)

Mentions légales et Cookies...

Ce site utilise google analytics pour obtenir des statistiques anonymes de fréquentation.

Ce logiciel satisfait aux législations en vigueur mais vous pouvez désactiver les cookies lors de votre visite.

Les adresses mails utilisées par la newsletter sont gérées par FeedBurner.