Yardam de Aurélie Wellenstein - #plib2021


Le livre pourrait s’intituler chronique d’une mort annoncée… mais Aurélie Wellenstein lui a donné celui d’une ville où une saleté de virus rode, Yardam.



Éditions Scrineo


Nb de pages : 480.

Série : / 

*** 
Traducteur : /.
Illustration : Aurélien Police

***
Catégorie : Fantasy
Partenariat : plib et Scrineo 
challenge : ABC2021.

À Yardam, la folie est sexuellement transmissible.

Dans l’espoir d’endiguer l’épidémie, la population est mise en quarantaine, isolée du reste du monde.
Le virus n’a pas épargné Kazan. À l’image de la ville qui s’enfonce dans le chaos, il sombre lentement.

Pour s’en sortir, il serait prêt à toutes les extrémités, y compris à manipuler Feliks et Nadja, un couple de médecins étrangers venu s’enfermer volontairement dans la cité pour trouver un remède. Dans son désespoir, il va accomplir le pire…

#ISBN9782367408637

Ce livre a été offert aux jurés du PLIB2021 par les éditions Scrineo que je remercie.


Biographie

Aurélie Wellenstein vit en région parisienne avec un pangolin, un grand chien blanc, son animal intérieur et ses nombreuses autres personnalités. Son domaine de prédilection est la fantasy, de préférence étrange et inquiétante. 

Source Scineo

Autour du livre

  • un extrait 
  • les prix de ce livre : 
    • Prix de la 25e heure du Livre du Mans, catégorie imaginaire
    • Sélection Prix Julia Verlanger 2020
    • Sélection Prix Imaginales des lycéens 2021
    • Sélection Prix Elbakin 2020, catégorie « roman francophone »
    • Sélection premier trimestre du Prix Bob Morane


Mon avis

Bien que j’ai lu ce livre en LC, je préfère écrire une chronique globale. Deux raisons, les articles LC dévoilent beaucoup de choses et l’article serait quasiment blanc (^^) et j’ai des points que je voudrais développer. 


Un style, des mots.  


J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture fine et ciselée d’Aurélie. Des mots justes, dosés, sans surenchère, sans longues phrases, mais avec un talent de conteuse indéniable.

Les chapitres, assez courts, se concentrent sur un personnage à chaque fois et quelques chapitres sont scindés en deux parties, pour changer de point de vue. Cela donne une bonne rythmique, d’autant que le livre s’axe sur le vécu, les pensées des personnages et leurs actes, avec peu de dialogues. 

La narration à la troisième personne (danse de la joie) apporte vraiment à la beauté du texte sans empêcher de s’immerger ou d’accrocher aux personnages !  

Je n’ai noté que deux ou trois passages un peu plus lents et un peu redondants dans la « deuxième » partie du livre. Le reste m’a emporté, comme un vrai page turner. D’ailleurs, par certains côtés, le livre peut s’apparenter à un thriller psychologique. 

Charisme de fou. 


Les personnages sont charismatiques. En peu de mot, même la « tante » est émouvante. Mais trois personnages sont importants (ou principaux) Kazan, Nadja et Feliks. 

Kazan, le héros atypique, est tellement compréhensible dans ses choix. Comme dit dans le résumé, il est malade et doit affronter ces maux qui peu à peu le font sombrer dans une forme de folie qu’il combat tant bien que mal. Pour ce faire, il fume de la Sirène. J’ai trouvé le nom bien trouvé, car ces monstres appâtent les marins de leurs voix pour les noyer par la suite… 

L’usage de drogue est montré ici pour certaines valeurs curatives, sans la dédouaner de ses risques additifs. Joli. C’est touchant de réalisme. 

Kazan veut oublier les voix qui le hantent et les noie. Littéralement. Sans dévoiler l’intrigue, les "monstres" sont repoussés par une montée des eaux…  

Nadja est celle que j’ai le moins appréciée, après une première partie où elle m’intriguait. Je n’ai rien à reprocher au personnage, ni à son caractère, mais je n’ai pas été spécialement touchée par son devenir. 

Contrairement à son mari, Feliks. Son évolution, sa bascule dans une forme de folie, ses réactions très crédibles en font, à mes yeux, le personnage le plus réussi du livre. En tant que médecin, il cherche durant de longs mois à découvrir la cause du virus et comment éradiquer cette saleté. Mais c’est l’homme, l’amant, le mari que j’ai trouvé vraiment bien dépeint. Sa descente aux enfers, son désespoir, et peu à peu sa perversion. 

Pandémie et virus


Le livre tombe assez bien dans l’époque puisque nous vivons une pandémie avec confinement. Surtout que le roman est sorti au printemps. Une des personnages du roman est cartomancienne, l’auteure a peut-être des dons de voyance… 

Le virus du roman n’est pas aéroporté, mais sexuellement transmissible. Il en rappelle d’autres, dangereux et mortels. Mais l’imagination d’Aurélie nous plonge dans une pathologie différente, inexistante et affreusement effrayante. 

Des jeux de pouvoir, des prises de risques entourent ce virus et sa propagation. La médecine se fixant sur un seul des symptômes ne peut déterminer la nature exacte du mal, alors que d’autres en profitent. 

Derrière ce phénomène se cache une étude de société avec des rouages malsains, des abus de pouvoir et la volonté de soumettre l’autre, de s’élever, de vaincre. 

L’auteur ne mâche pas ses mots, ne feutre pas son récit. Les scènes crues d’amour ou de rapports sexuels sont efficaces, percutantes, sans tabou. Le livre ne se destine donc pas à un jeune public, mais les alertes sont inutiles pour des adultes (pas de viol).

L’ensemble donne une aventure riche, intense, vive, avec pourtant de grandes réflexions sur l’homme et sa condition, sur les abus divers et variés, sur la soumission… 


Vote des 25 ? Vote des 5 ? 


J’avais sélectionné le livre, car j’ai eu un coup de cœur l’année dernière pour Mers Mortes et que le thème de ce roman m’intriguait. Je n’avais même pas lu d’extrait. 

Sauf si d’autres romans venaient à être des coups de cœur absolus, je pense que je voterai pour ce roman en mars* prochain.


(* suite au bouleversement du plib, le vote a été repoussé début mars)

Au final

Les mots pour : style, imagination, virus inventé, Kazan, Feliks, 
Les mots contre : de rares longueurs, un petit peu trop violent ?


En bref : Un roman fantasy qui aborde de nombreux sujets passionnants, avec une aventure humaine riche. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)

Mentions légales et Cookies...

Ce site utilise google analytics pour obtenir des statistiques anonymes de fréquentation.

Ce logiciel satisfait aux législations en vigueur mais vous pouvez désactiver les cookies lors de votre visite.

Les adresses mails utilisées par la newsletter sont gérées par FeedBurner.