Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent Del Socorro


Saviez-vous que jusqu'en 1596, Marseille n'était pas une ville Française ? C'est aussi ce que raconte Jean-Laurent Del Socorro dans ce roman : Royaume de vent et de colères.


Éditions ActuSF

Nb de pages : 288

Série : / 

Traducteur : /.
***
Catégorie : Fantasy Historique

***
Partenariat : / 

Challenge : /.



1596. Deux ans avant l’édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s’oppose à Henri IV, l’ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi. À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme. Les pions sont en place. Le mistral se lève. La pièce peut commencer.




Biographie

Jean-Laurent Del Socorro est né en 1977, en France

« Royaume de vent et de colères » est son premier roman. Il a obtenu le prix Elbakin.net en 2015.

L’histoire

  •  Cinq personnes racontent à tour de rôle une journée particulière. 

Mon avis

J’ai rencontré Jean-Laurent Del Socorro lors de la convention Octogones de Lyon, l’an dernier. Je cherchais des livres à offrir, et il m’a conseillé plusieurs ouvrages sympathiques. Mais celui-ci, je l’ai acheté pour moi, avec une jolie dédicace. J’espère qu’il aura lu le livre que je lui ai proposé.


Une alternance dynamique.


Ce roman se décompose en chapitres très courts et qui roulent sur une alternance logique. Nous suivons cinq personnages (voir le résumé), au fil des pages et dans une logique chronologique pour les parties un et trois.

La deuxième partie aborde des périodes plus larges et pointe des journées particulières pour chacun de ces protagonistes. Par exemple, pour le couple de magiciens, l’auteur est revenu sur leur rencontre, sur la formation du plus jeune...

Si vous lisez bien le résumé, il ne parle que de quatre narrateurs. Or, j’ai bien dit cinq. Car, à la fin de chaque partie, Jean-Laurent Del Socorro donne la parole à un personnage différent et très important. Bon, vous qui me suivez, savez que je n’en dirai pas plus.


Un style convaincant. 



Mais forcément, en choisissant un livre chez actuSF, je ne prenais pas beaucoup de risque sur le style. C’est d’ailleurs pour une écriture soutenue que j’ai lu ce livre en cette période de correction de mon roman. La clarté des idées, les phrases travaillées sans être pompeuses, des mots justes et de vrais dialogues dépourvus de la modernité que l’on rencontre parfois dans des romans pseudo historiques ont su m’emballer.


Des personnages charismatiques.



La majorité des personnages apporte sa touche d’âme à l’intrigue.

Personnellement, je n’ai pas été touchée par le chevalier et sa vie. Cela reste très subjectif. Cet homme m’a paru bien trop lisse. Or, j’aime les personnages torturés, emplis de défauts.

Du coup, je lui ai préféré les deux magiciens et surtout la vieille femme qui dirige la guilde des assassins.

Néanmoins, chacun des personnages reçoit la même attention de la part de l’auteur (je n’ai pas compté les pages, c’est un ressenti) et l’on peut vraiment dire qu’ils se partagent l’intrigue.


Un événement historique peu connu.

Ce roman se base sur des faits réels. L’art de mêler la fiction à l’Histoire est ici mis en exergue.

En 1596, Charles de Casaulx a véritablement été assassiné par un homme de sa garde Pierre de Libertat. Celui-ci a été soudoyé par des conspirateurs (contre une somme d’argent) ouvre les portes de la ville et tue le Duc le 17 février. Marseille sera alors ville française. À l’origine, de toute l’affaire, on retrouve la religion protestante et le refus du Duc de Casaulx d’abjurer.

Je vous invite à lire le roman pour découvrir toute cette Histoire.



Au final

Les mots pour : Histoire, Style, Personnages

Les mots contre : personnage de Gabriel.

(explication de la grille de notation)
Style : 4/5
Intrigue : 3,75/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 2
P principal (aux) : 2/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 0,75
Temps et espaces : 1,75/2
Sensation générale : 2,5/3
Rythme général : 1,75/2
Total : 16,75/20

En bref : un livre riche et passionnant, lu en très peu de temps. L’apport historique permet de découvrir un événement peu connu. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)