Le coeur et le sabre de Olivier Gay (série)


Chloé, escrimeuse destinée à une belle carrière sportive, va croiser le fer avec des êtres bizarres et démoniaques. Découvrez son aventure dans la Magie de Paris d’Olivier Gay, le cœur et le sabre.


Éditions Castelmore

Nb de pages : 319

Série : La magie de Paris (tome 1)
  
Traducteur : /.
***
Catégorie :

***
Partenariat : Livr@ddict et Castelmore/ 

Challenge : /.


Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir, mais est blessée et perd connaissance. À son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

Je remercie le site Livr@ddict et la maison d’édition Castelmore pour ce partenariat.

Sortie : 18 Octobre 2017


Biographie

Olivier Gayest né en 1979 à Grenoble.


Écrivain français de roman policier, de fantasy et fantastique, pour les adultes et pour la jeunesse, il écrit également des billets d’humeur dans le magazine féminin Cosmo et a collaboré à plus de cent romans pour la Bibliothèque Rose et la Bibliothèque Verte.

Plusieurs de ses écrits ont été primés, notamment des livres jeunesse. 

L’histoire

  •  Une jeune femme découvre que se servir d’une épée peut être utile... contre certains monstres.  

Mon avis

J’ai rencontré olivier Gay sur plusieurs salons, mais je n’avais jamais pris le temps de lire un de ses romans (avec une PAL papier de plus de 300 bouquins et une liseuse bien garnie aussi, ils sont nombreux dans son cas) aussi, lorsque Livr@ddict a proposé ce roman en partenariat, j’ai tenté ma chance (ben, oui, même avec une Pal....) Je suis bien contente d’avoir découvert cette plume, même si je n’en ressors pas totalement convaincue.


Le temps, une valeur prédictive ? 

Je m’aperçois, au fil de mes lectures que le temps mis pour lire un roman colle assez bien avec le ressenti global. Ce livre ne fait que 310 pages (dans sa version brochée), mais j’ai presque eu besoin d’une semaine pour le terminer.

Pourtant le style est frais (trop jeune ?) avec du rythme, de l’action. Ce roman aurait dû, donc, être lu en « moins de deux ». Malheureusement, après un démarrage en fanfare, je ne suis pas parvenu à me laisser emporter par l’intrigue et j’ai cliqué sur la liseuse sans liesse.

Langage et atermoiements.


Les questionnements et pleurnicheries de l’héroïne m’ont légèrement saturé. Bon, certes, elle ne comprend pas la situation, mais se contente des refus (impolis) des autres quant aux explications attendues sur ce monde de monstre, sur la magie, sur... et s’endort ! 

Ce manque cruel de caractère, alors que l’auteur la décrit, dans ces actes et son passé, comme forte est un brin déroutant. Bien sûr, et les fameuses explications enfin fournies permettent de comprendre le silence des autres. Mais pas son manque d’obstination à les recevoir, pas son acceptation muette des silences. 

Ceci dit, comme le ton est enjoué avec de jolies pointes d’humour et un langage léger, très imagé, ce point représente un bémol et ne sera sûrement pas retenu par la majorité des jeunes lecteurs, plus à même à s’identifier.

Escrime, combat et Tour Eiffel. 

Je terminerai par les jolis instants du livre, comme ce moment où l’héroïne, dans une fuite éperdue, se dirige vers la tour Eiffel, belle dame robuste et salvatrice (ou pas) ; par ces moments où la magie rivalise avec un art et nous emporte dans ses flux scandés de mots ; où les épées s’entrechoquent dans une valse sanguinaire et où les mouches s’envolent (^^). Bref, de beaux passages agrémentent le livre avec des actions convaincantes, une fois acceptées que l’héroïne est une sorte de super mousquetaire. Oui, hein, parce qu’une chevalière, c’est une bague. (citation du livre)


Je ne pense pas lire la suite.

Au final

Les mots pour : monde inventé, ébauche de magie

Les mots contre : langage adolescent, atermoiements, longueurs et langueurs, manque de profondeur.


En bref : Un premier tome dynamique même si je n’ai pas personnellement été envoûté par le charme des personnages, tel que les chevaliers aux corps sculptés. 

1 commentaires :

isallysun a dit…

Dommage. J'avoue que moi aussi j'ai de la misère avec des atermoiements. Ça semble beaucoup plus s'adresse aux ados, donc ma SAL (Pal de séries) n'en souffrira pas.
Bonne future lecture!

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)