Mers mortes de Aurélie Wellenstein - #PLIB2020


Et si le plus grand danger, ce n’était pas les monstres marins qui assaillent le bastion d’Oural ? Découvrez cette aventure de piraterie post-apocalyptique, dans le roman fantastique d’Aurélie Wellenstein : Mers Mortes. 



Éditions Scrineo (Jeune Adulte)

Nb de pages : 368.

Série : / 

***
Catégorie :  Fantastique 
Challenge : ABC imaginaire 2020.



Les humains ont massacré les mers et les océans. L’eau s’est évaporée ; les animaux sont morts. Quelques années plus tard, les mers et les océans reviennent. Ils déferlent sur le monde sous la forme de marées fantômes et déplacent des vagues de poissons spectraux, tous avides de vengeance. Les fantômes arrachent leurs âmes aux hommes et les dévorent. Bientôt, les humains eux aussi seront éteints… Leur dernier rempart face à la mort : les exorcistes. Caste indispensable à l’humanité, les exorcistes sont bien entendu très convoités. L’un d’eux, Oural, va se faire kidnapper par une bande de pirates qui navigue sur les mers mortes à bord d’un bateau fantôme. Voilà notre héros embarqué de force dans une quête sanglante et obligé, tôt ou tard, de se salir les mains…


Sortie : 14 Mars 2019 | #ISBN9782367406602

Ce livre m’a été prêté par Calypsosbooks dans le cadre des livres voyageurs du PLIB. 
Je la remercie pour ce partage. 



Biographie

Aurélie Wellenstein vit en région parisienne avec un pangolin, un grand chien blanc, son animal intérieur et ses nombreuses autres personnalités. Son domaine de prédilection est la fantasy, de préférence étrange et inquiétante.
Le Roi des fauves, publié chez Scrineo en 2015, a reçu le Prix des Halliennales et a été sélectionné aux Prix Elbakin, Imaginales des Lycéens, Révélation Futuriales, Lire en Seine, Prix des Imaginales et Grand Prix de l’Imaginaire (GPI). Les Loups chantants, publié chez Scrineo en 2016, a reçu le Prix Elbakin et est sélectionné au Prix du roman contemporain de Poitiers ainsi qu’au Prix Imaginales des Collégiens.

Source Srineo

L’histoire

  • Oural, un exorciste, voit sa vie basculer lorsque des pirates surfant sur la mer fantôme vont le kidnapper. Mais lui qui rêvait d’ailleurs... 

Mon avis

Je n’avais pas sélectionné ce livre, lors du choix des 20, car je n’étais pas attirée par le résumé. De plus le classement en fantastique, même jeunesse, me trouble toujours. Mais je tente de lire les 20 romans de cette sélection, et donc, j’ai profité de l’opportunité offerte par les organisateurs et la gentillesse de Calypsosbooks pour recevoir le livre durant une quinzaine de jours, afin de plonger dans cette belle aventure humaine. Vous pouvez retrouver sa chronique de ce roman sur Instagram.

Un univers sombre et violent, une intrigue sans temps morts, des personnages dont la psychologie est particulièrement travaillée. (Calypsosbooks - Mers Mortes)

Mers mortes et fantômes. 

Aurélie Wellenstein, dont je découvre la plume superbe, nous entraîne dans un monde post-apocalyptique, où les mers ont disparues, empoisonnées par les hommes.

Ce cri d’alarme écologique touche par sa cruelle véracité. À force de rejeter nos déchets dans l’eau et de puiser dans les ressources maritimes, nous allons créer notre propre malheur. Demain, l’eau potable sera une denrée rare. Les animaux meurent de notre comportement prédateur. Les pêches monumentales et monstrueuses éradiquent des espèces que nous nous empressons de recréer dans des viviers horribles, des cages où l’on balance par tonne des antibiotiques et autres produits malsains.

Changeons ! changeons avant qu’il ne soit trop tard. 

Aurélie a choisi d’anéantir toutes les eaux, de tuer la mer et de hanter les survivants par les fantômes des animaux marins sacrifiés. Un juste retour des choses ? Véritable fléau, des marées submergent les rares bastions d’habitation, portant la mort aux portes des maisons. Qui touche une de ces apparitions y perd son âme, corolle verte qui s’évapore, rejoint le néant tandis que les corps s’affalent.

Les descriptions denses et la maîtrise du texte font de ce livre une perle, dont l’huître a succombé au marasme. C’est une lecture riche et qui pousse à la réflexion. Quelques scènes peuvent déranger, mais les mots sont choisis avec soins, sans tomber dans le gore.


Piraterie.


Parmi les survivants, des exorcistes parviennent à protéger les camps épars. Tous se nomment comme les fleuves disparus. Tous tentent de conserver encore un brin de vie. Mais les pirates, eux, chassent cette engeance particulière... Et kidnappent les exorcistes.

Qui sont-ils, ces pirates sanguinaires ? Que veulent-ils ?

Oural va les suivre et naviguer sur ces mers mortes, gagner une drôle de liberté et devoir faire des choix. Ses sentiments profonds, ses doutes, ses convictions ébranlées, l’auteure les décrit page après page, sans atermoiements. L’histoire bouscule cet homme et nous pousse, à travers lui, à regarder notre avenir.

Mention spéciale pour le personnage de Bengale, que j’ai détesté ! Bravo, j’adore ressentir ce genre de sentiments pour un personnage, cela prouve qu’il est réussi. 

Le mot du livre 


Le hasard des lectures fait que c’est le deuxième roman sur les exorcistes que je lis en peu de temps, le dernier de 2019 étant le Phare au corbeau et le premier de 2020, Mers mortes.

Les exorcistes sont des clercs ayant pour fonctions de chasser les démons, donc pratiquant des exorcismes. J’ai préféré choisir ce mot, pour cet article. 

L’exorcisme se définit par trois phrases selon le Larousse ou le CNRTL 

Pratique religieuse ayant pour but de chasser le démon qui a pris possession de quelqu’un.
Ce n’est pas le cas, ici, puisque les fantômes rencontrés ne prennent pas vraiment possession des personnages. 
Prière par laquelle on exorcise quelqu’un ou quelque chose.
Cette phrase correspond mieux aux exorcismes pratiqués par Oural, le héros.
Littéraire. Ce qui chasse une angoisse, une douleur morale qui hante quelqu’un.
Cette dernière phrase de définition colle parfaitement aux cauchemars et à la grande douleur que l’on retrouve tout au long du livre.


La suite ? 


Ce livre est un tome unique. La fin est superbe, bien amenée, crédible (comme l’intrigue).

Je lirais un autre livre d’Aurélie Wellenstein avec plaisir, tant j’ai apprécié sa façon de narrer cette histoire.

Ce roman sera dans ma sélection pour les 5 livres du PLIB. C’est pour l’instant le seul qui décroche cette place sans l’ombre d’une hésitation, sur les onze lus (dont un abandon).

Au final

Les mots pour : style, intrigue, exorcisme, pirate, Bengale, Oural
Les mots contre : /


En bref : un quasi coup de cœur pour ce livre que je vous conseille vivement. Une plume efficace, une réflexion sur notre monde en danger, des personnages charismatiques. C’est sombre, c’est touchant, c’est réussi. 

 

nanet en salon

nanet en salon
Parce que j'écris, aussi...

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

formulaire ABC

Articles les plus lus (7 derniers jours)

Mentions légales et Cookies...

Ce site utilise google analytics pour obtenir des statistiques anonymes de fréquentation.

Ce logiciel satisfait aux législations en vigueur mais vous pouvez désactiver les cookies lors de votre visite.

Les adresses mails utilisées par la newsletter sont gérées par FeedBurner.